5 erreurs à éviter lors de votre investissement locatif

L’investissement locatif est source de profits et bien des personnes se lancent dans cette aventure afin de se constituer un revenu secondaire voire anticiper leurs vieux jours… Mais cette aventure n’est pas sans risques ! Et bien que cela soit à la portée d’une majorité de personnes, il reste primordial de se renseigner pour ne pas se tromper de stratégie. Voici les conseils de Christophe Duprat et Jean-Marc Le Prado, cofondateurs de QlowerQuelles sont les erreurs les plus fréquentes à ne pas commettre lors d’un achat immobilier et comment les éviter ?

5 erreurs à éviter lors de votre investissement locatif​

1.Se tromper dans sa stratégie patrimoniale

Il ne faut pas se tromper de combat ! Lorsque l’on choisit de réaliser une opération de défiscalisation (par exemple une opération de location meublée qui permet d’avoir un déficit fiscal en ayant des coûts engagés plus importants que les revenus perçus), il faut avoir pesé les contreparties (comptables notamment) et avoir bien sûr un montant d’impôts qui justifie un tel investissement, tant sur le plan financier que sur le plan personnel. 

L’investisseur doit s’interroger et faire appel à un spécialiste en constitution de patrimoine pour affiner sa stratégie.

2.Se tromper sur le produit immobilier votre bien

Acheter au mauvais endroit, ne pas anticiper les problèmes de copropriété, se tromper sur le prix en achetant trop cher, ou sur le loyer en le fixant trop haut sans que le bien ne trouve preneur… L’erreur est là encore fréquente ! 

Effectivement, de nombreux investisseurs choisissent la proximité à leur domicile pour y faire leur premier investissement locatif. Ils connaissent le quartier mais n’anticipent pas la faiblesse de la demande locative et la vacance locative induite. En particulier pour les dispositifs de défiscalisation (type Pinel), considérez la demande locative de la zone ciblée pour valider votre choix. 

Dans l’ancien, il faut être très attentif aux assemblées générales passées afin de détecter d’éventuels problèmes. Là aussi, les spécialistes vous accompagnent et décodent les documents clés.

3.Se tromper dans les modalités de financement de son investissement

Typiquement, prendre un crédit « court » (d’une durée inférieure à 20 ans) pour sa première opération immobilière n’est souvent pas la bonne stratégie si l’on prévoit de réaliser d’autres opérations par la suite. En effet, en prenant un crédit long, le coût d’acquisition est certes plus élevé en raison des intérêts plus élevés, néanmoins les mensualités sont plus faibles. Il devient alors possible de réaliser une seconde opération, idéalement en même temps.

A l’inverse, un crédit moins long sur une première opération peut aggraver votre taux d’endettement et votre profil d’investisseur du point de vue du banquier qui pourrait refuser de vous accompagner lors d’une seconde opération.

4.Sous-estimer les frais annexes

Il est malin de prévoir une marge de manœuvre plus importante que le coût estimé initialement. Par exemple, dans le cadre de travaux, il faut toujours avoir plus que la somme calculée en premier lieu en cas d’imprévus. 

De même, au delà des frais de notaire, les frais de garantie, la taxe foncière, les charges de copropriété s’ajoutent, grèvent la rentabilité. Considérez un apport personnel couvrant à minima ces premiers frais correctement estimés.

5. Mettre trop d’affect dans l’investissement

Raisonner en tant qu’investisseur n’est pas facile lorsque l’on débute. Il ne faut pas perdre de vue que le bien n’est pas acquis dans l’optique de se faire plaisir mais pour viser une rentabilité donnée ou une revalorisation patrimoniale. 

En cherchant à se faire plaisir, l’investisseur acquiert un actif plus cher présentant un loyer conforme au marché. Par conséquent, le rendement est moindre et l’investissement moins performant.

Est-ce pour autant une erreur d’investir dans un bien dans lequel on souhaiterait soit-même habiter ? D’une manière générale, oui ! car l’objectif et donc le cahier des charges ne sont pas les mêmes.

Conseil Qlower

5 .Les derniers conseils ?

Préparer son investissement, en s’entourant d’un bon professionnel du métier (notaire, gestionnaire de patrimoine, outil comptable) et prendre son temps, sont des éléments clés pour mener à bien son investissement immobilier. Internet regorge d’informations mais attention aux trop belles promesses. Armez-vous des conseils d’experts dans votre aventure d’investisseurs immobiliers. Qlower vous accompagne pas à pas dans la constitution et la gestion de votre patrimoine immobilier.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Plus de Qlower :

Inscrivez-vous à la newsletter Qlower​

Inscrivez-vous à la newsletter Qlower​

Qlower vous propose du contenu utile (articles, conseils…) pour créer et développer votre patrimoine immobilier. Rejoignez la communauté Qlower et partagez vos questions et commentaires.